Recherche

3 déc. 2021

Le 7ème Comité Consultatif Environnemental du Circuit Paul Ricard

Le jeudi 2 décembre s’est tenu au Circuit Paul Ricard le 7ème Comité Consultatif Environnemental (CCE). Après une longue interruption due à l’épidémie de Covid, ces échanges, initiés en 2017, entre la direction du circuit, les autorités départementales, les maires et les riverains au sujet de la tranquillité publique notamment, ont pu reprendre et ainsi maintenir le dialogue.


Animée par Stéphane Clair, Directeur Général du Circuit Paul Ricard, et Nathalie Reitzer, Directrice des Ressources Humaines et du Développement Durable au Circuit Paul Ricard, cette édition a réuni 63 personnes dont des riverains, des salariés du circuit, des élus comme Bernard Destrost, maire de Cuges les Pins, Laurent Caulet, adjoint à l’urbanisme de la mairie du Beausset, mais aussi des représentants des autorités départementales : Guillaume Jaubert, chef de bureau de la sécurité publique à la Préfecture du Var, le commandant Fabrice Resneau du groupement de gendarmerie du Var et le capitaine Etienne Eymery, chef d’escadron du CGD de La Valette du Var.

 

Comme lors des comités précédents, Stéphane Clair est revenu sur l’activité du circuit lors des deux saisons passées depuis le dernier CCE en 2019. Le bilan 2020 est que la crise sanitaire a eu un fort impact sur les activités du circuit avec 53 % de la saison sans roulage. Pour l’année 2021, il a été compté 125 jours de piste non utilisée, soit 75 journées de moins que ce qu’autorise l’arrêté d’homologation (50 jours de non activité par an).

 

A l’instar des précédents comités, les relevés des émissions sonores ont été présentés par un acousticien de la société Azimut Monitoring, qui gère les 4 balises situées à des points stratégiques de surveillance (à l’entrée du circuit, au Driving Center, dans la ligne droite du Mistral et dans le lotissement de Bois Soleil). Concernant la piste principale, sur la saison 2021, aucune journée n’a présenté un niveau moyen journalier dépassant les 95dBA sur les journées de roulage (hors compétition).  Les deux balises placées chez des riverains du Beausset et de la Cadière d’Azur n’ont révélé aucune évolution sonore en lien avec l’activité du circuit.

 

L’activité du Driving Center a engendré des relevés situés entre 50 et 91 dBA en valeur moyenne alors que 158 journées sans activité ont été comptées. Concernant cette piste de loisirs, à l’issue de la réflexion entre les riverains concernés, la société exploitante du Driving Center ORECA, et la direction générale du circuit, il a été décidé de modifier les conditions d’exploitation de cette piste afin de limiter au maximum les nuisances sonores. Par exemple, l’harmonisation des horaires de pause entre l’activité du Driving Center et celle de la piste principale ou encore la limitation des roulages en soirée en les réservant aux véhicules électriques. Dès vendredi matin, Stéphane Clair a mobilisé ses équipes sur la recherche de dispositifs techniques pour réduire les émissions sonores.

 

Après ce bilan et ses premiers échanges, Stéphane Clair a présenté le planning d’activité du circuit pour le premier semestre 2022, qui compte à ce jour, 31 journées de non-activité entre janvier et mars et 14 d’avril à juin. Deux roulages en soirée jusqu’à 22h ont été annoncés (23 mars et 8 avril) et deux roulages de nuit (9 et 16 février).

 

Nathalie Reitzer, DRH et développement durable du circuit, a ensuite rappelé les engagements du circuit en matière de développement durable et certaines actions qui ont été menées : la stratégie « We Race For Green » suite à la certification environnementale 3 étoiles obtenue de la FIA, l’expérience d’écopaturage qui sera réitérée en 2022, la gestion des déchets du circuit avec l’installation de nouveaux containers de tri sélectif, le passage au biodiesel de 100% de la flotte de véhicules du circuit et la mise en place d’une charte événement écoresponsable pour inciter les clients à une démarche vertueuse dans l’organisation de leur roulage ou compétition sur le circuit.


Enfin Ludovic Arnault, directeur du divertissement et de la mobilité du Grand Prix de France de F1, a présenté le plan de mobilité pour l’édition 2022 qui impliquera des points de contrôle de billets et d’accréditations au niveau du Beausset, de Cuges les Pins, de Signes, du Castellet et de l’intersection du Grand Caunet, cela afin de limiter l’accès aux véhicules jusqu’au circuit. Des parkings relais avec départ de navettes seront installés à Roquefort la Bédoule, La Ciotat, Le Beausset/ Le Castellet, Bandol et peut-être Saint-Cyr. Les spectateurs seront incités à covoiturer à 4 personnes minimum sinon ils devront payer une éco-participation qui financera les navettes relais.

Il a été rappelé aux riverains concernés par les restrictions de circulation sur certains axes qu’ils pourront faire la demande de pass riverain tout en leur conseillant de limiter au maximum leurs déplacements pendant la période du Grand Prix (22 au 24 juillet 2022).

 

Il est ressorti de ce nouveau comité consultatif environnemental une réelle volonté de poursuivre le dialogue entre le circuit, les riverains et les autorités :

« Je me félicite », conclut Stéphane Clair, « que les gens perçoivent et reconnaissent nos efforts en matière de tranquillité publique, ainsi que notre travail pour la réduction des émissions sonores. C’est ensemble que nous pouvons progresser avec la préfecture et les autorités, pour trouver des solutions et maintenir le dialogue ».