Recherche

27 mars 2021

Le Circuit Paul Ricard : la sécurité en ligne de conduite

Le spectaculaire accident de Romain Grosjean au Grand Prix de Bahreïn de Formule 1 en 2020 a conduit à la réflexion sur les systèmes en place dans de nombreux domaines, aussi bien au sein des écuries, à la Fédération Internationale Automobile que sur les circuits directement. Le Circuit Paul Ricard, a évidemment pris les devants pour améliorer et renforcer ses procédures lors des roulages et compétitions se déroulant tout au long de l’année. 

Une première mondiale

Pour améliorer les temps de réaction en cas d’incident au départ d’une course, la direction de piste a souhaité renforcer l’équipage de la voiture médicale. Celle-ci, partant en fond de grille (derrière les voitures de course), arrive quasiment immédiatement sur les lieux d’une collision.
Le véhicule embarque désormais trois personnes : l’infirmier, le médecin et un pompier. Ce dernier est pourvu d’un extincteur "Rosenbauer", et peut alors intervenir directement sur un feu potentiel et sécuriser le(s) blessé(s) et les équipes médicales.
Le Circuit Paul Ricard devient donc le premier circuit en France à disposer de cet extincteur portatif d’une capacité 8 fois supérieure à un extincteur normal. Lors de l’activation de l’appareil, l’eau et l’additif qui le composent, provoquent une quantité de mousse suffisante pour maîtriser le feu extrêmement rapidement.

Des moyens humains et matériels au service de la sécurité

Les équipes piste suivent des formations très régulières et s’entraînent aux techniques d’intervention. La remise en question et la répétition des procédures et des gestes demeurent les garanties d’une exécution plus fluide et de délais rapides.

Durées d’intervention les plus rapides :
La voiture médicale (ou VIR : véhicule d’intervention rapide ) intervient entre 1 min et 1 min 30 maximum après l’appel du poste signalant un incident.
L’ambulance intervient environ 30 secondes après, selon la distance à parcourir jusqu’au lieu de l’accident sur la piste.
L’évacuation d’un blessé dépend de son état et la nature de ses blessures : entre 3 min et 45 min.
L’ambulance libère la piste entre 10 et 15 min après son arrivée (si le pilote peut être brancardé rapidement).

Ces temps d’intervention restent très inférieurs à ceux d’un accident de la route, mais s’expliquent évidemment par la présence sur place des équipes médicales et de secours. Le Circuit dispose également de son propre centre médical (avec 2 lits type réanimation, lits médicalisés, matériels de radiographie et échographie, baignoire grands brûlés…) ainsi que d’une piste d’hélicoptère permettant une évacuation rapide vers les hôpitaux les plus proches si nécessaire.

1 min 30 c’est le chiffre à retenir : seulement 1 min 30 (en moyenne) se passe entre un début d’incendie et le feu éteint. Un médecin se porte présent au chevet d’une victime en 1 min 30 maximum.

En termes d’effectifs, voici les équipes dédiées à la sécurité (chiffres pour une course automobile d’endurance) auxquels il faut bien entendu ajouter les commissaires répartis en différents postes autour du tracé.
- 4 médecins
- 4 infirmiers
- 1 pilote VIR (véhicule rapide intervention)
- 6 extracteurs voitures (experts en extraction)
- 7 pistards pour l’entretien de la piste
- 12 pompiers
- 1 chef de piste et 1 directeur sportif pour superviser le PC course avec le directeur de course et les officiels de la série.
(Ces chiffres s’entendent hors Grand Prix de France de F1 et Bol d’Or)

En 2019, 495 commissaires permanents et bénévoles ont officié au Circuit Paul Ricard.
(PI : Grand Prix de France de Formule 1 : 300 commissaires et Bol d’Or : 540)
L’ASA du Circuit Paul Ricard (association sportive automobile) représentait en 2020 la plus importante association de la ligue PACA avec 598 licenciés (pour 20 épreuves inscrites à la FFSA) dont 77 femmes. Ce chiffre peut paraître encore faible mais il est en augmentation croissante et constitue un des plus élevés parmi les ASA françaises.

Des moyens techniques complets :

15 "Rescue Team" (véhicules des commissaires de piste) : pour la maintenance et la signalisation rapide de la piste, ils sont équipés d’extincteurs, de matériel de nettoyage et de remise en état, d’un kit de drapeaux et panneaux…
1 véhicule d’extraction avec le personnel d'extraction à bord
1 véhicule de désincarcération pour l'extraction d'un pilote piégé ou incarcéré suite à un choc violent
3 voitures de service (pour toutes les tâches logistiques, d'intervention, etc)
2 platsol (camions plateaux pour remorquage des voitures non roulantes)
2 remorques moto
1 camion de maintenance pour déplacer les équipements de piste, les Tecpro (blocs de polyéthylène souple qui bordent les rails de sécurité), les pneus, les vibreurs...
1 balayeuse pour le nettoyage quotidien de la piste, des run-offs, des vibreurs…
1 dépollueuse pour le traitement à l'eau chaude et au produit bio des tâches d'hydrocarbures
5 quads pour le remorquage rapide
2 VIR (véhicule d'intervention rapide médicalisé)
2 "Safety Car" (voiture de sécurité)
1 "Leading Car" (voiture d'ouverture)
3 "Fire Car" (véhicules pompiers) : véhicules Citroën rapides conçus et adaptés dans nos ateliers développant une capacité de 200 litres d’eau (équivalent à 1400 litres de mousse)
1 Fourgon Pompe Tonne (FPT) d'une capacité de 3000 litres d'eau
3 chariots tapis pour le nettoyage de la piste
1 chariot téléscopique multi-usages

Ainsi, sur plus de 300 jours d’activité annuelle en moyenne, nos experts réalisent plus de 300 remorquages des voitures ou des motos par an, que ce soit à l’aide d’un quad ou d’un camion-plateau.